RSS Feed

Archive de avril, 2011

Moodle Mobile : comment détecter la nature du périphérique : PC ou mobile

avril 24, 2011 par Philippe Ramette Commentaires fermés

Comment détectez la nature du périphérique qui reçoit la page web ?

Un des problèmes que j’ai actuellement est celui-ci :dois-je utiliser la page view.php qui s’ajuste selon
le périphérique (tablette,navigateur de smartphone)ou faire une redirection. Je crois que ce problème est identique
sur tous les CMS de toute façon. Je devrais, il me semble, me pencher sur la situation de wordpress qui offre un wordpress mobile.

Pour utiliser jquerymobile, il faut que le cms puisse détecter la nature de l’ « user agent » tel es le terme consacré au consortium pour désigner un navigateur web.

Détection Client ou serveur ?

Javascript ne sait pas le faire. Donc je doutais que jquerymobile qui est reformulation de javacript sache le faire. Il existe deux instructions jquery.browser et jquery.support.

Le premier précise la nature du useragent et sa version. Par contre le second support valide le support technique dans le navigateur de certaines techniques. Mais dans la documentation jquerymobile, on le déconseille vivement.

 

Côté serveur

Bien sur on doit se penchercsur une solutionphp qui est la technologie utilisée par Moodle.

Wurfl est une norme qui vise à couvrir l’ensemble des capacités des appareils mobiles et nomades.Il s’agit d’un dialecte XML qui donc vise à l’universalité. Elle couvre plus de 500 capacités des appareilsmobiles rassemblés dans 30 groupes.

Il existe un site

http://www.tera-wurfl.com/explore/

qui permet d’évaluer un appareil spécifique. Il suffit d’entrer un url et utiliser l’appareil en question.

http://en.wikipedia.org/wiki/WURFL

Voici la derniere technologie conseillé par wurfl

http://wurfl.sourceforge.net/nphp/

 

Partie I : Savez-vous ce qu’est un PLE ? essai d’explication

avril 2, 2011 par Philippe Ramette Commentaires fermés

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour P qui m’as dit un jour « Mais c’est quoi un PLE ?  »

Nous entamons ici une série d’articles sur les environnements d’apprentissage personnel (PLE). Ce premier billet présente le concept et ses origines théorique. Le deuxieme article portera sur des exemples concrets de PLE,   le troisieme partie discutera sur  les conditions psychologiques idéales pour construire son propre PLE et enfin le dernier sur la cohabitation  obligatoire des outils avec les plate-formes pédagogiques.

Depuis l’émergence du web 2.0 en 2005 (CMS, site de partage web, wiki) et des média sociaux en 2008 (blog, Facebook, Twitter), on voit de plus en plus des employés dans les entreprises ou des étudiant dans les universités/Grandes écoles adopter massivement des outils techniques issus du web 2.0 : Slideshare, Google Docs, agrégateur RSS, blog, wiki et j’en passe.

Dans beaucoup d’organisation encore dans cette année 2011,  les employés ou cadres web 1.0 ont une trousse plus restreinte de logiciels : ils utilisent le traitement de texte Word, un navigateur comme firefox, le moteur de recherche google et enfin un logiciel de messagerie comme Outlook de Microsoft. Les nouveaux outils viennent étoffer ce jeu d’outils voire parfois les remplacer comme Google docs pour word de Microsoft

Ces outils adoptés librement constituent pour les apprenants un environnement d’apprentissage personnels que certains théoriciens appellent un PLE ‘Personal Learning Environment’, peu intégrés ces outils tournent autour d ‘un outil de publication web : blog, wiki ou simple site web. Dans le cas des travailleurs, on parle plutôt de « Personal working environnement » qui doit favoriser la qualité de leur tâches en relations aux objectifs de leur entreprise.

 

Un exemple de PLE d'une personne ; ils sont tous différents

 

 

 

Ces outils sont réellement personnels car les individus les apportent dans leur trousse d’outils quand ils changent d’institutions ou d’entreprise. Ils ont souvent développé une grand confort et intimité avec ces outils et sont devenus transparents dans leur pratique de travail ou d’apprentissage. Du moment, que ces personnes ont accès à internet ou disposent de smartphones bien malin les entreprises qui essaient de leur interdire. (cf les révolutions tunisiennes et égyptienne)

En fait, ces outils rentrent frontalement en compétition avec les outils proposés par les organisations. Par ailleurs, ces outils se développent avec frénésie et de nouvelles fonctionnalités sont ajoutés chaque mois. Souvent gratuit ou tres bon marché, ils sont en majorité sous format SaaS ‘software as service’ c’est-à-dire en location perpétuel.La probleme de la sécurité  données : maintien de leur intégrité et confidentialité. Des problèmes de gestion de droit à l’oubli prescrit par la loi de la CNIL doit être prise « en compte.

Pour contrer ces tendances et fixer un périmètre de leur usages  un certains nombre d’entreprises se sont lancé depuis 2008 dans les réseau sociaux d’entreprises (RSE), d’intranet participatif et d’outil de travail
collaboratif. ils implantent Yammer un clone privé de Twitter et Elgg, un clone aussi de Facebook.  Des gestionnaire de communauté (‘community manager’) sont engagés.

Par contre, dans les universités ou les grandes entreprises, ces PLE coexistent avec les plates-formes pédagogiques. Les plates-formes ou LMS  assurent le côte formel de la formation : cours, objectifs, cadre temporel. Les outils du PLE favorisent par contre  le workflow learning, une formation informelle qui épouse le rythme des processus d’affaire (« anciennement des activités d’entreprise »). « on apprend alors en travaillant » selon l’expression de Marie Prat, auteur de l’ouvrage e-learning, utiliser les outils du web 2.0

L’apprentissage par les pairs favorise l’autonomisation des apprennants

De nombreux experts comme Jennings, DRH de Reuteur, s’interroge sur la mise ne place de réseaux sociaux qui facilite cette formation informelle ou/et apprentissage par les pairs. Quelles sont les traces ? peut-on valider les connaissances acquises ou compétences a postiori ? Le rôle du e-portefolio
va t’il changé radicalement grâce à l’usage des média sociaux. Les apprenants seront-il enfin responsables de leur propre apprentissage ? Ils pourront comptabiliser les compétences qu’ils auront développé librement grâce à l’auto-apprentissage et l’apprentissage via les pairs. le fameux « empowerement » américain, c’est-à-dire mettre les apprenants en contrôle de leur apprentissage ne sera enfin plus un rêve.

Une définition des PLE

A la suite de cette discussion , risquons une définition du PLE :

Personal Learning Environments (PLE) . est un jeu d’outils web qui visent à donner contrôle à l’apprennent sur ses propres démarches d’apprentissage.

Le PLE

- Aide à fixer les objectifs d’apprentissage
- Aide à gérer de façon optimal  les activités cognitives de  l’apprentissage formel/informe
- Aide à la communication  avec les autres personnes dans le processus de l’apprentissage

 

Voici un aperçu possible des outils pour un PLE (tiré de wikipédia

Communication


Collaboration

Multimédia

 

Bibliographie

 

Le prochain billet présentera des exemples concrets de PLE

 

Switch to our mobile site